smart

Présentation de l’artiste accueillie

Elsa Tomkowiak

Sa biographie

Native de Saône-et-Loire, Elsa Tomkowiak est diplômée de l’Ecole supérieure d’art de Dijon. Depuis une dizaine d’années, elle a multiplié les expositions en France, en Europe et jusqu’au Canada. Elle produit des installations pour des espaces en tout genre et a déjà été accueillie, entre autre, par le Théâtre Graslin à Nantes ou les Quinconces-l’Espal, la scène nationale du Mans.

Son travail

Elsa Tomkowiak porte son regard sur des environnements donnés, espaces naturels ou architecturaux et propose par ses créations une lecture différente de ces lieux, souvent communs au public. Animée par l’écho que va produire son œuvre dans l’espace qui va l’accueillir, elle s’intéresse aussi à l’influence qu’aura ce lieu sur sa création. 

Travaillant généralement sur de grands formats, elle utilise des matériaux industriels pour concevoir ses créations : mousse, plastique… qui produisent un flottement entre harmonie et disharmonie avec le lieu. Ainsi, elle crée des sphères, des bandes, des aplats, des rubans et autres cubes de mousses, toujours pensés pour entrer en résonance avec le décor qui va les accueillir.

Dans son œuvre, l’artiste se passionne pour la couleur dont l’utilisation relève d’une profonde réflexion et d’un long travail sur les différents pigments, leur assemblage et leur rendu. 

La couleur est l’âme du travail de création d’Elsa Tomkowiak. Au delà de son rapport à la matière, c’est le jeu avec la lumière qui l’intéresse. La lumière qui permet ce nuancier si caractéristique de l’artiste. La couleur, utilisée comme un outil, lui sert à restructurer l’espace et à questionner la perception que l’on se fait d’un lieu.

Pour les œuvres conçues pour une exposition extérieure, comme à Rives-du-Loir-en-Anjou, l’intérêt se porte aussi, pour la créatrice, sur les acteurs naturels : le vent, le soleil, les remous de l’eau… qui se marient avec le jeu de transparence du plastique et décuplent les nuances de couleurs et les points de vues pour le spectateur.

Au-delà de la réflexion sur la couleur, il y a aussi une importance de la gestuelle dans ses créations. L’artiste travaille sur de très grandes dimensions et, munie d’un balai, elle peut parfois peindre plusieurs dizaines de mètres carrés de ces surfaces en plastique en une seule session. Si l’intensité de ses couleurs frappe le spectateur à la découverte de ses œuvres, elle fait écho à l’intensité que l’artiste donne à ses gestes dans les instants de la création.

Cette plasticienne cherche toujours à proposer son travail sans filtre et aime à ce que rien ne guide l’appréhension du spectateur. Tout le monde peut venir découvrir son œuvre avec un regard vierge et se faire sa propre lecture de sa création.

smart
smart

Création Albedo Blocs – Elsa Tomkowiak

Le processus de création des œuvres

Dans l’exposition de l’artiste Elsa Tomkowiak au Moulin l’Engrenage se trouvent quatre imposants blocs de couleurs intitulés « Albedo Blocs ». Si les nuances de l’ensemble vous semblent aléatoires, son harmonie résulte d’un important travail de création. Nous vous proposons de vous faire découvrir le processus :

Le dessin, la première étape de travail. Elsa Tomkowiak réalise des croquis qui lui servent de guides pour ensuite créer ses couleurs et avoir une première idée de la façon dont elle va les assembler sur le support de création.

À partir de ces dessins, elle peut répertorier les couleurs qu’elle utilisera. Listées, ces dernières font échos aux multiples pigments en possession de l’artiste. Chacun d’entre eux ont un nom qui lui évoque quelque chose pour mieux appréhender la nuance.

Ensuite vient la phase de composition des couleurs. Inspirée par son croquis, Elsa Tomkowiak crée et répertorie ses couleurs pour chaque bloc. C’est un véritable temps de travail essentiel à la création. Les pigments sont ensuite mélangés avec de l’eau et une vingtaine de litres sont nécessaires pour recouvrir l’ensemble des surfaces, la mousse étant très absorbante.

Le processus se termine par la colorisation des blocs. Ce temps de création ultime se transforme en exercice physique pour la créatrice qui frotte, malaxe et pétrie la matière pour faire pénétrer la peinture. Inspirée par les croquis, elle s’adapte selon la diffusion des couleurs et la façon dont elles fusionnent entre elles, dont elles se répondent. Ici se joue la difficulté de devoir manipuler les blocs pour qu’ils se correspondent au moment de l’installation, les quatre éléments étant créés pour former un ensemble cohérent.

créas_elsa (2)

Elsa Tomkowiak

Artiste plasticienne, elle a été accueillie en résidence sur la commune de Rives-du-Loir-en-Anjou dans le cadre du dispositif « Prenez l’art – Saison d’art contemporain en Anjou » porté par le département de Maine-et-Loire. Pendant ce temps de création elle a travaillé sur une œuvre exposée sur le Loir et sur une exposition visible à l’Engrenage Moulin de Villevêque.

00

Présentation de sa création exposée sur le Loir


La couleur, vecteur d’énergie et de l’enthousiasme d’Elsa Tomkowiak, est surtout, pour elle, vecteur de lumière. C’est son outil pour réinventer un paysage et proposer une perception décalée d’un lieu, ici le Loir. Cet écrin de nature accueille son œuvre « OttO », une sphère monumentale, de 5 mètres de diamètre. Ce grand format qui traduit de l’immensité de la Nature qui nous entoure, revêt des couleurs vives dont le nuanciers ne relève pas du hasard.

C’est une obsession chez Elsa Tomkowiak, la disposition des couleurs et comment elles glissent de l’une à l’autre. C’est ce changement imperceptible qui anime son travail, puisque c’est elle qui crée ses nuances à partir de pigments et qui les amène ensuite à se fondre les unes aux autres. La pigmentation répond ici d’une attention toute particulière et d’un véritable travail de recherche.

Et si l’intensité de cette proposition frappe à sa découverte, c’est aussi parce qu’elle traduit un moment de création que le spectateur ne voit pas, mais qu’il peut deviner. Derrière la mise en couleur de cette immense sphère en PVC transparent se dessine le mouvement du corps. L’artiste, munie d’une brosse, a coloré cette œuvre à plat, jouant avec les plis pour créer de la transparence et de l’opacité. Sa gestuelle impeccable a étalé la couleur avec attention pour créer l’harmonie des fondus entre les nuances.

Le jeu de l’environnement conclut la présentation. Outre la rupture qu’opère cette œuvre sur le Loir, le cadre qui l’accueille assure également une continuité. Les éléments extérieurs font aussi le jeu de la création. La lumière du soleil joue sur les effets de transparence du plastique. Le vent et le courant de l’eau font danser la sphère, alors, sans besoin de bouger, le spectateur peut admirer cette œuvre sous toutes ses coutures et apprécier le tableau qu’elle offre au-delà d’elle-même.


C’est ça qui m’intéresse […] c’est les acteurs, les éléments extérieurs qui animent l’objet : que ce soit l’eau, le soleil, le vent.

Elsa Tomkowiak
  • smart
  • smart
  • smart

00